SWISS QUAKERS

Crédos et Théologie

L’attitude des Amis envers les crédos et les dogmes est diffèrent de celle de la plupart des chrétiens. Il n’y a pas de crédo auquel sympathisants doivent adhérer afin de devenir membre. Les Quakers réalisent que les mots sont limités lorsqu’on veut exprimer des expériences personnelles très profondes ils se rendent compte aussi que des mots qui peuvent exprimer d’une façon adéquate les convictions personnelles de quelqu’un à une certain époque, seront presque certainement inappropriés pour la même personne plus tard dans sa vie. Il est encore plus difficile de définir les convictions religieuses d’un groupe de personnes. Les mots et les expressions se prêtent souvent à des interprétations très différentes.

L’absence de crédos ne veut pas dire que les Amis sont indifférents aux croyances d’une personne. Ils reconnaissent que les croyances personnelles agissent d’une façon vitale sur le comportement. Les Amis ont de fortes positions religieuses, mais ils exigent très clairement qu’elles doivent être testées par la façon dont ils les expriment en action. Beaucoup d’Amis ont des hésitations quant à la valeur de la théologie, craignant qu’elle amène trop facilement à des spéculations et des arguments. Mais tous seraient d’accord que les hommes et les femmes, en tant qu’êtres rationnels doivent réfléchir sur la nature de leurs expériences religieuses.

Les Amis s’encouragent mutuellement à prendre le temps de reconnaître l’expérience de la Lumière parmi d’autre gens que les Quakers. Ils réalisent l’importance de la Bible, des revues écrites par des Amis, et de tous les écrits qui révèlent la voie de Dieu. Mais l’esprit de Dieu travaille aussi dans les activités et les expériences ordinaires de la vie quotidienne. Nous pouvons trouver de l’inspiration tout autour de nous : dans le monde naturel, dans les sciences et les arts, dans notre travail et nos amitiés, dans nos douleurs aussi bien que dans nos joies. Soyons ouverts à une lumière nouvelle, quel que soit sa source, mais examinons avec discernement les idées nouvelles. Cette attitude de quête et d’ouverture envers la vie a certainement contribué à la tolérance avec laquelle les Amis essaient de s’approcher des autres et d’aborder les problèmes de foi et de conduite.

Ceci peut aider à comprendre comment les membres de la Société Religieuse des Amis peuvent avoir une telle gamme de points de vue religieux. À peu près toutes les couleurs du spectre religieux y semble être reflétées. Il y a des Amis dont la foi est le plus sincèrement exprimée dans le langage traditionnel du christianisme. D’autres Amis seraient décrits avec justesse comme humanistes religieux.