SWISS QUAKERS

Les Quakers et la vie de l’au-delà

Les Amis ne considèrent pas la vie après la mort comme une récompense pour une vie vertueuse ou comme une compensation pour les souffrances de la vie sur la Terre. Ni la peur, ni la menace d’une damnation ont été utilisées pour inciter les Amis à vivre de meilleures vies. Le point de vue quaker sur ce qui se passe au delà de la mort est fermement enraciné dans l’expérience de la vie présente. Les Amis maintiennent que la vie est essentiellement bonne, et que l’amour exprimé envers les autres est une indication de sa vraie nature.

Il y a toujours autour de l’amour un élément de mystère, que les gens n’arrivent pas à pénétrer pleinement. Les Amis sont convaincus que l’amour à une qualité éternelle, que l’amour ne peut pas être détruit par la mort et n’est pas limité par le temps et l’espace. Cette conviction est renforcée par l’ expérience du culte Quaker, et par le sentiment que la personnalité de Jésus ne fut pas diminuée par sa mort. Sa vie était basée sur sa confiance profonde en un Dieu d’amour. Les Amis répondent à cet amour. Ils cherchent à faire l’expérience du royaume du ciel en eux-mêmes ici et maintenant, et présument que ce qui nous attend au-delà de la mort ne peut qu’être pour notre bien.

Les Amis n’ont pas de dogmes sur ce qui arrive après la mort. Parmi eux certains sont convaincus qu’il existe une vie après la mort, et d’autres sont convaincus du contraire. Mais tous sentent qu’il est plus important de s’occuper de bien vivre cette vie présente, et de chercher à améliorer les conditions de vie de l’humanité dans ce monde, plutôt que de s’engager dans des présuppositions sur une vie ultérieure.